Emploi
Mesurer

Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

42,1 % des enfants d’immigrés deviennent ouvriers contre 30 % des personnes sans ascendance directe immigrée. Mais cet écart s’explique davantage par les positions sociales défavorisées de leurs parents que par leur origine géographique.


Les représentants syndicaux sont moins bien payés

Le salaire des délégués syndicaux est inférieur de 10 % à celui des autres employés à travail égal.


Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi

Pour des emplois d’ingénieur informaticien, le fait de résider dans des villes réputées défavorisées diminue les chances des femmes d’avoir accès à un entretien d’embauche.


Les discriminations raciales moins fortes au stade de l’entretien d’embauche ?

Un candidat d’« origine hexagonale ancienne » est 3,7 fois plus souvent favorisé que le candidat d’origine maghrébine ou noire-africaine à l’issue du recrutement, et 6,2 fois plus au stade de l’entretien d’embauche.


Explication des écarts de salaire des descendants d’immigrés en 2006

Les salariés français descendant d’immigrés africains perçoivent un salaire inférieur de 14 % à celui des salariés de parents français. Cet écart est le résultat d’inégalités sociales rencontrées lors du parcours professionnel.


Baromètre des perceptions des discriminations au travail

Depuis 2008, les salariés déclarent plus souvent être témoins ou victimes de discriminations grâce aux actions de sensibilisation à cette question. La maternité et l’origine ethnique arrivent en tête des motifs de discrimination. Mais lorsqu’on leur demande de citer les critères supposés de recrutement dans leur entreprise, les gens du voyage, les handicapés, les seniors et les syndiqués seraient les plus défavorisés.


Hommes et femmes recrutés en 2005 : les préférences des employeurs

En 2005, 59 % des contrats à durée indéterminée étaient détenus par des hommes, contre 41 % par des femmes. Si des parcours professionnels différents peuvent expliquer cet écart, un quart des employeurs avouent fonder leur choix d’embauche sur la base du genre.


Les inégalités de salaires hommes-femmes : du temps de travail aux discriminations

Les femmes gagnent 27 % de moins que les hommes. L’écart est de 19 % pour des temps complets et 10 % à poste et expérience équivalents.


Les Français d’origine africaine plus souvent au chômage et moins rémunérés

Un tiers des écarts de salaire et la moitié du taux de chômage des Français d’origine africaine ne peuvent s’expliquer par le niveau d’étude, l’expérience, le lieu d’habitation, la composition du ménage ou encore le sexe.


Discrimination à l’embauche des jeunes issus de l’immigration en Île-de-France

Youssuf Belkacem doit envoyer trois fois plus de CV que Julien Dubois pour accéder à un emploi de serveur. Si l’on a un nom d’origine marocaine, le fait de porter un prénom français double les chances de décrocher un entretien d’embauche.


Davantage de chômage pour les jeunes d’origine maghrébine

En 1999, à diplômes équivalents, les jeunes hommes descendant d’Algériens ont 93 % plus de risques d’être au chômage que les autres hommes nés de Français.


L’accès à l’emploi des personnes handicapées

Les personnes handicapées ont 3 fois moins de chances d’avoir un emploi que les valides, à sexe, âge et diplôme identiques. De la même façon leur probabilité d’avoir un emploi précaire est supérieure d’un tiers.


Les offres d’emploi éliminent les jeunes et les seniors en France

20 % des annonces d’emplois analysées en France affichent un critère d’âge contre seulement 1 % chez les Britanniques. La norme française des « 25-40 ans » est pourtant discriminatoire.


Les banques préfèrent recruter les femmes pour des postes subalternes

A CV équivalent, les femmes sont préférées aux hommes pour des postes peu qualifiées. Les jeunes femmes sans enfants ont moins de chance de décrocher un entretien d’embauche qu’un homme de même âge ou qu’une femme plus âgée.


Comprendre

Emploi : de quoi souffrent les jeunes des quartiers en difficulté ?

Sur le marché de l’emploi, les jeunes issus des quartiers difficiles souffrent d’abord de leurs origines sociales et de la qualité du système d’enseignement, non d’une stigmatisation liée au quartier. Les explications de Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.


Les discriminations liées à l’âge, entre exclusion et protection

Si la discrimination par l’âge est pénalement punie, certaines politiques publiques usent du critère de l’âge dans une volonté de protection sociale. Une étude d’Alexandra Poli, Claire Lefrançois et Vincent Caradec, parue préalablement sur le site de Mouvements.


Promouvoir la diversité permet-il vraiment de combattre les inégalités sociales ?

La "diversité" est à la mode et occulte les inégalités sociales. Les personnes handicapées, comme bien d’autres, n’ont pas grand chose à y gagner. Le point de vue de Jean-Marie Barbier, président de l’Association des paralysés de France, extrait du hors-série "Les inégalités en France" d’Alternatives Economiques.


Quartiers défavorisés : la situation reste préoccupante

Echec scolaire, chômage important, pauvreté accrue, la situation des ZUS ne s’améliore guère. Une analyse de Laurent Mucchielli, directeur de recherche au CNRS-Cesdip.


L’homophobie se dévoile dans l’entreprise

Une étude publiée par la Halde évalue la discrimination dont sont victimes les homosexuels au travail. Une pratique difficile à combattre, car souvent indirecte. L’analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du magazine Alternatives Economiques.


Handicap et accès à l’emploi : efficacité et limites de la discrimination positive

Quelle est l’efficacité réelle des politiques de discrimination positive destinées à favoriser l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap ? Christine le Clainche (Ecole Normale Supérieure de Cachan, Centre d’Etudes de l’Emploi) et Geert Demuijnck, (Université Catholique de Lille, CREE, LEM) présentent les résultats de leur enquête.


Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne