Dans la même rubrique
Mesurer
- Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

- Difficile accès au logement des maghrébins

- Un quart des immigrés et enfants d’immigrés déclare avoir été victime de discriminations

- Les représentants syndicaux sont moins bien payés

- Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi

- Les discriminations raciales moins fortes au stade de l’entretien d’embauche ?

- Le contrôle au faciès mesuré

- Les discriminations liées au handicap et à la santé

- Explication des écarts de salaire des descendants d’immigrés en 2006

- Baromètre des perceptions des discriminations au travail

Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi



envoyer l'article par mail

Pour des emplois d’ingénieur informaticien, le fait de résider dans des villes réputées défavorisées diminue les chances des femmes d’avoir accès à un entretien d’embauche.


Le test a consisté à comparer les chances d’accès à un entretien d’embauche de candidats fictifs habitant trois communes du Val-d’Oise : une ville réputée aisée, Enghien-les-Bains, une ville plutôt défavorisée et présentée de façon négative dans les médias, Villiers-le-Bel (où des émeutes ont eu lieu en 2007) et une ville réputée défavorisée mais pas médiatisée comme telle, Sarcelles.

Au final, la discrimination territoriale affecte avant tout les femmes d’origine marocaine résidant dans des communes réputées défavorisées : le taux de réponse à leurs candidatures est de 13,7 % à Sarcelles et de 15 % à Villiers-le-Bel. Alors que pour une jeune femme d’origine marocaine résidant à Enghien, les chances montent à 19,5 %.

A l’inverse, être d’origine marocaine et vivre dans une commune défavorisée n’est pas systématiquement discriminant pour les jeunes hommes. Le taux de réponse positive pour ceux résidant à Sarcelles est légèrement supérieur (19,2 %) à celui des jeunes d’origine marocaine résidant à Enghien (18,6 %). Les mieux placées sont les jeunes femmes d’origine française résidant à Enghien, avec un taux de réponse à leurs candidatures de 22,5 %. Si, par contre, elles résident à Villiers-le-Bel, leurs chances se réduisent à 17,9 %.

Taux d'accs l'emploi selon la ville et le sexe
Unité : %
Origine franaise
Origine marocaine
Femmes
Enghien22,519,5
Sarcelles22,113,7
Villiers-le-Bel17,915
Hommes
Enghien16,918,6
Sarcelles19,919,2
Villiers-le-Bel18,617,3

Source : Les effets du lieu de rsidence sur l'accs lemploi : une exprience contrle sur des jeunes qualifis en le-de-France - 2010

Douze profils fictifs de jeunes diplômés bac + 5 ont postulé à des postes de développeur informatique : quatre par ville, deux hommes et deux femmes, un homme et une jeune femme ayant des noms à consonance marocaine, les deux autres des noms à consonance française. Les candidats avaient des CV très similaires en termes d’études et d’expériences professionnelles. Au total, 3 684 CV ont été envoyés en réponse à 307 offres.

Retrouvez l’intégralité de l’étude produite par Emmanuel Duguet, Yannick L’Horty, Loïc du Parquet, Pascale Petit et Florent Sari, Les effets du lieu de résidence sur l’accès à l’emploi : une expérience contrôlée sur des jeunes qualifiés en Île-de-France, Document de travail n° 128 du Centre d’étude de l’emploi, juillet 2010, en cliquant sur le lien ci-dessous.

PDF - 217.4 ko
Les effets du lieu de résidence sur l’accès à l’emploi

Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne