Dans la même rubrique
Mesurer
- Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

- Difficile accès au logement des maghrébins

- Un quart des immigrés et enfants d’immigrés déclare avoir été victime de discriminations

- Les représentants syndicaux sont moins bien payés

- Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi

- Les discriminations raciales moins fortes au stade de l’entretien d’embauche ?

- Le contrôle au faciès mesuré

- Les discriminations liées au handicap et à la santé

- Explication des écarts de salaire des descendants d’immigrés en 2006

- Baromètre des perceptions des discriminations au travail

Les inégalités de salaires hommes-femmes : du temps de travail aux discriminations



envoyer l'article par mail

Les femmes gagnent 27 % de moins que les hommes. L’écart est de 19 % pour des temps complets et 10 % à poste et expérience équivalents.


1- L’écart total : les femmes touchent 27 % de moins

En 2006, dans les entreprises de 10 salariés ou plus du secteur concurrentiel, tous temps de travail confondus, les salaires des femmes équivalent en moyenne à 73 % de celui des hommes. Les femmes touchent donc 27 % de moins que les hommes ou, vu autrement, les hommes touchent 27 % de plus.

2- L’écart pour des temps complets : les femmes touchent 19 % de moins

Le premier facteur explicatif des inégalités de salaires provient des différences de temps de travail. Les femmes sont cinq fois plus souvent en temps partiel que les hommes : leur revenu tous temps de travail confondus est logiquement inférieur à celui des hommes. De plus, le temps de travail des hommes est aussi accru par les heures supplémentaires qu’ils effectuent plus souvent que les femmes. Pourtant, en comparant des salariés à temps complet, les femmes perçoivent encore 19 % de moins (ce qui revient à dire que les hommes touchent 23 % de plus).

3- L’écart à poste et expérience équivalents : les femmes touchent 10 % de moins

Si l’on tient compte des différences de poste (cadre, employé, ouvrier), d’expérience, de qualification (niveau de diplôme) et de secteur d’activité (éducation ou finance), environ 10 % de l’écart demeure inexpliqué.

Cette différence de traitement se rapproche d’une mesure de discrimination pure pratiquée par les employeurs à l’encontre des femmes. Cependant, d’autres facteurs non mesurés ici peuvent entrer en jeu et expliquer partiellement ce phénomène, à l’instar de la situation familiale, du domaine du diplôme possédé ou des interruptions de carrière. La discrimination pure est sans doute de l’ordre de 6 ou 7 %.

Mais la discrimination se loge aussi en amont : temps partiel subi, maintien dans des postes peu qualifiés ou moins rémunérateurs.

Dcomposition des carts de salaires entre femmes et hommes
Unité : %
Les femmes gagnent ...% de moins que les hommes
Ecart tous temps de travail confondus25,7
Effet du temps partiel- 9,4
Ecart pour des temps complets16,3
Effet de l'ingale rpartition des mtiers*- 3,5
Ecart pour des temps complets mtier quivalent12,8
Effets de structure mtier quivalent (ge, secteur d'activit, taille de l'entreprise, type de contrat de travail)- 2,3
Part non explique10,5
Salaris du secteur priv et des entreprises publiques, hors dirigeants d'entreprise et mtiers de l'agriculture, de l'administration publique, professions juridiques, armes et police. Lecture : les salaires des femmes sont en moyenne infrieurs de 25,7 % ceux des hommes tous temps de travail confondus. Si l'on ne tient compte que des temps complets, en retirant l'effet du temps partiel (9,4 %), l'cart est de 16,3 %. * Les femmes et les hommes nexercent pas les mmes professions. Par exemple, les femmes sont trs nombreuses dans le secteur des services la personne quand les hommes sont plus nombreux dans le secteur du btiment.
Source : ministre du Travail - Donnes 2012 - Observatoire des ingalits

Ces résultats sont issus d’une exploitation de l’enquête sur le coût de la main-d’oeuvre et la structure des salaires (Ecmos) réalisée par l’Insee en collaboration avec la Dares en 2006. Le champ couvert par l’étude correspond aux salariés des entreprises de 10 salariés ou plus du secteur concurrentiel hors apprentis, stagiaires, salariés ayant travaillé moins d’un mois ou ayant été absents plus de trois mois dans l’année.

Retrouvez l’intégralité de l’étude produite par Lara Muller, Les écarts de salaire entre les hommes et les femmes en 2006 : des disparités persistantes Premières Synthèses N° 44.5, Dares, ministère du travail, octobre 2008, en cliquant sur le lien ci-dessous.

PDF - 323.5 ko
Les écarts de salaires entre les hommes et les femmes

Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne