Dans la même rubrique
Mesurer
- Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

- Difficile accès au logement des maghrébins

- Un quart des immigrés et enfants d’immigrés déclare avoir été victime de discriminations

- Les représentants syndicaux sont moins bien payés

- Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi

- Les discriminations raciales moins fortes au stade de l’entretien d’embauche ?

- Le contrôle au faciès mesuré

- Les discriminations liées au handicap et à la santé

- Explication des écarts de salaire des descendants d’immigrés en 2006

- Baromètre des perceptions des discriminations au travail

Niveaux de salaire et orientation sexuelle



envoyer l'article par mail

Dans le secteur privé en France, les salariés gays touchent un salaire inférieur de 6,65 % en moyenne aux salariés hétérosexuels.


Dans le secteur privé en France, les salariés gays touchent un salaire inférieur de 6,65 % en moyenne aux salariés hétérosexuels. A l’inverse, les femmes lesbiennes touchent un salaire supérieur d’environ 2 % en moyenne à celui des femmes hétérosexuelles.

Différences de salaire dans le secteur privé selon l’orientation sexuelle (%)

Hommes hétérosexuels Hommes homosexuels Femmes hétérosexuelles Femmes homosexuelles
-6,65 +2,16

Lecture : les hommes homosexuels touchent en moyenne un salaire inférieur de 6,65 % à celui des hommes hétérosexuels

Ces disparités se nuancent dans le secteur public. L’écart salarial entre les femmes n’est plus significatif. Mais contrairement à l’intuition selon laquelle le secteur public protège de telles discriminations, il apparaît que les salaires des homosexuels restent inférieurs de 5,2 % à ceux des hétérosexuels.

Différences de salaire dans le secteur public selon l’orientation sexuelle (%)

Hommes hétérosexuels Hommes homosexuels Femmes hétérosexuelles Femmes homosexuelles
-5,2 non significatif

Lecture : dans le secteur public, les hommes homosexuels touchent en moyenne un salaire inférieur de 5,2 % à celui des hommes hétérosexuels.

Ce critère discriminant peut être corrélé avec d’autres facteurs, tels que l’âge ou le niveau de diplôme : on constate par exemple que les femmes lesbiennes sont plus diplômées en moyenne que les femmes hétérosexuelles, ce qui peut expliquer la différence de salaire constatée.

Des difficultés de mesure peuvent également relativiser un tel résultat. Tout d’abord, il est difficile de déterminer l’orientation sexuelle des salariés français, dans la mesure où il est interdit de la répertorier lors d’une embauche. Les auteurs de l’étude ont dû recenser les couples gays et lesbiens selon une méthode complexe par élimination, en prenant en compte les personnes qui vivaient en colocation avec une personne du même sexe. Dans la mesure où cette identification indirecte peut conduire à une extrapolation du nombre de personnes concernées, les auteurs ont mis en place des filtres (exclusion des étudiants et retraités, concomitance de l’âge, etc.). Néanmoins, ces résultats correspondent à des études réalisées dans d’autres pays, comme aux Etats-Unis, aux Pays-Bas ou en Suède, où l’orientation sexuelle peut être plus aisément répertoriée.

Retrouvez l’intégralité de l’étude produite par Thierry Laurent et Ferhat Mihoubi, Moins égaux que les autres ? Orientation sexuelle et discrimination salariale en France, Centre d’Étude des politiques économiques (EPEE), FR CNRS n°3126 Travail, emploi et politiques publiques (Tepp), Université Évry Val d’Essonne & UniverSud Paris. Décembre 2009, en cliquant sur le lien ci-dessous.

PDF - 406.8 ko
Orientation sexuelle et discrimination salariale en France

Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne