Dans la même rubrique
Comprendre
- Les non-dits des inégalités hommes-femmes

- Discriminations ou dissemblance ? Les subtilités de la différence

- Emploi : de quoi souffrent les jeunes des quartiers en difficulté ?

- Les discriminations liées à l’âge, entre exclusion et protection

- Promouvoir la diversité permet-il vraiment de combattre les inégalités sociales ?

- Quartiers défavorisés : la situation reste préoccupante

- L’homophobie se dévoile dans l’entreprise

- Santé et handicaps, causes et conséquences d’inégalités sociales

- "Statistiques ethniques : ce que nous apprennent les enquêtes internationales en matière d’éducation", entretien avec Nathalie Mons

- Les paradoxes des politiques antidiscriminatoires françaises

Les non-dits des inégalités hommes-femmes



envoyer l'article par mail

50 % de femmes députés ou chefs d’entreprise, et alors ? Pour établir l’égalité hommes-femmes, il faut se poser la question de la façon dont fonctionne l’entreprise, la famille ou l’école. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


C’est devenu une tradition. Officialisée en 1977 par les Nations Unies, la journée internationale du droit des femmes devient de plus en plus une sorte de fête de « la » femme. Un rituel qui laisse un goût amer aux femmes les 364 jours de « l »’homme restants. Cette journée est de plus en plus dévoyée par les marques qui y voient la célébration de l’idéal féminin et les enjeux de fond sont rarement évoqués.

La récupération par la publicité prend de plus en plus d’ampleur. La journée internationale des droits des femmes se transforme alors en une célébration de l’image de « La » femme. Un fabriquant de vêtement « équitable » offre une promotion spéciale journée de la femme, une franchise de fleuristes invite à « couvrir sa femme de fleurs »... Les médias qui dénoncent les inégalités hommes-femmes n’ont aucune difficulté à relayer les publicités qui renforcent les stéréotypes : les femmes sont belles, serviables et douces, prêtes à servir les hommes et à s’occuper des enfants. Exactement l’inverse des idéaux de celles qui ont combattu ces préjugés sexistes.

Le 8 mars est aussi l’exercice obligé du bilan des inégalités hommes-femmes. L’Observatoire des inégalités participe d’ailleurs à ce phénomène (lire notre article), comme il le fait tout au long de l’année (voir notre rubrique hommes-femmes). Pourtant, la plupart des états des lieux publiés s’en tiennent à une vision restrictive de la question, qui semble se résumer au pourcentage de femmes parmi les députés, les chefs d’entreprises ou aux postes de direction. Une partie de ceux et de celles qui se battent pour l’augmentation de la part de femmes au sommet de la hiérarchie s’accommodent de la flexibilité de l’emploi - qui touche les femmes peu qualifiées au premier chef - comme de la promotion des heures supplémentaires au détriment de la vie de famille... La « diversité » des « genres » fait bon ménage avec la précarité.

Ces discours permettent de combattre les inégalités entre les hommes et les femmes tout en défendant un modèle concurrentiel de société, dont l’archétype est le slogan « travailler plus pour gagner plus » [1]. Dans cette optique, qu’importe la forme de la compétition pourvu qu’elle soit « équitable » [2]… Un modèle intellectuel rassurant parce qu’il permet d’éviter de remettre en cause le fonctionnement de nos sociétés… et notamment la place des hommes.

Les femmes sont effectivement peu nombreuses dans les sphères de direction. Mais cette situation ne reflète-t-elle pas, aussi, leur moindre acceptation d’un modèle de société d’hypercompétition qui prévaut, en particulier dans le monde du travail. Une partie des « inégalités » prétendues sont des "différences" : elles relèvent de choix. Le temps partiel est très majoritairement choisi : seules 27 % des femmes en temps partiel indiquent souhaiter travailler davantage (données Insee 2009). Certes, ce taux est sous-estimé : une partie des femmes savent qu’elles n’ont aucune chance d’obtenir un temps plein dans les conditions actuelles du marché du travail. D’autres ne déclarent pas souhaiter travailler plus dans des sociétés où l’essentiel des tâches domestiques reste à leur charge. Il n’en demeure pas moins que même en doublant le taux on obtiendrait environ la moitié de temps partiel choisi.

Avant d’aller plus loin, il faut lever une ambiguïté. Mettre en parallèle ce refus d’un monde du travail ultra-hiérarchique et les choix effectués pourrait laisser croire que si les femmes sont en situation d’infériorité, c’est parce que leur « nature » les prédisposerait à une moindre ambition. Tout d’abord, il ne faut pas tomber dans l’excès inverse et exagérer la part du choix : dans la conception la plus restrictive possible (27 % de temps partiel contraint) un million de femmes demeurent enfermées dans le temps partiel, souvent morcelé, mal payé et peu qualifié. Ensuite, ces choix ne sont pas inscrits dans la "nature" des femmes, mais résultent d’un processus de socialisation qui oriente leurs décisions : les filles puis les femmes prennent aussi les décisions qu’on leur a appris à prendre, dans la famille ou à l’école notamment.

Mais ce processus de socialisation ne leur apprend-il pas, aussi, à résister au modèle masculin de société ? Depuis le début des années 1990, la part des femmes dans le secteur de l’informatique diminue : ne peut-on pas y lire les conséquences de la dégradation des conditions d’emploi dans ce secteur ? La lenteur de la progression des femmes dans certains postes d’encadrement supérieur du secteur privé et leur forte présence dans la fonction publique peut aussi résulter du rejet d’une lutte forcenée pour le rendement, de la quête du pouvoir pour le pouvoir.

Il est facile d’évoquer la « nature féminine » pour refuser de voir les inégalités dont sont victimes les femmes. Mais, trop souvent, les défenseurs de l’égalité hommes-femmes évitent de remettre en cause le fonctionnement global de l’entreprise, de l’école, de la famille, etc. Une position qui ne peut pourtant au final que décevoir les femmes qui recherchent l’égalité, car elle ne porte que sur une partie du problème.

On ne peut espérer améliorer la situation des femmes sans poser la question des discriminations, de l’égalité des chances, en même temps que celle du système dans lequel ces chances s’exercent et si l’on ne réduit pas les inégalités d’ensemble. Combattre les inégalités entre les sexes, passe aussi, par exemple, par une transformation des conditions d’enseignement, une limite à l’usage de la précarité et du temps partiel, l’élévation du salaire minimum, des restrictions aux heures supplémentaires et la réorganisation des rythmes de travail, etc. Pour cela, il faudrait concevoir l’égalité hommes-femmes non comme un alignement de la situation des femmes sur le modèle masculin, mais comme une transformation de ce modèle dominant. Les hommes doivent percevoir aussi ce qu’ils gagneraient à cette situation.

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, est auteur notamment de "Déchiffrer la société française", éditions La découverte, 2009.

Photo/ © Brebca - Fotolia.com

[1] Le passage aux 35 heures a été combattu pour des raisons parfois justes, mais aussi parce qu’il entrait en concurrence avec ce modèle masculin

[2] Le phénomène est exactement identique sur le thème de la « diversité » qui permet de mettre en avant les discriminations sans changer, au fond, ce qui fait les écarts selon l’origine

Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne