Dans la même rubrique
Mesurer
- Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

- Difficile accès au logement des maghrébins

- Un quart des immigrés et enfants d’immigrés déclare avoir été victime de discriminations

- Les représentants syndicaux sont moins bien payés

- Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi

- Les discriminations raciales moins fortes au stade de l’entretien d’embauche ?

- Le contrôle au faciès mesuré

- Les discriminations liées au handicap et à la santé

- Explication des écarts de salaire des descendants d’immigrés en 2006

- Baromètre des perceptions des discriminations au travail

Difficile accès au logement des maghrébins



envoyer l'article par mail

A Villeurbanne, dans la banlieue de Lyon, les français d’origine maghrébine ou arabe ont deux fois moins de chance de pouvoir déposer un dossier de location que les "français de souche."


Deux couples de testeurs hommes et femmes ont visité des appartements et ont voulu déposer un dossier. Ils n’ont pas eu les mêmes opportunités bien qu’ils aient des niveaux de revenus équivalents, qu’ils soient en CDI à temps plein avec une ancienneté équivalente, disposant de deux bons garants, du même sexe, avec la même situation familiale (marié-e sans enfant), un âge équivalent (la trentaine), la nationalité française, de « bonne présentation » dans leur style vestimentaire et leur expression verbale, sans trait de caractère distinctif, ni réserve excessive ni exubérance. Leur seule différence était leurs noms et prénoms ainsi que leur apparence physique.

La discrimination est faible au stade de la visite de l’appartement. 80% des tests ont conduit à des visites du logement par les deux testeurs. Cependant, c’est lors du dépôt des dossiers que la différence s’établit. En effet, dans la moitié des cas il y a égalité de traitement et dans l’autre moitié une préférence pour les "français de souche."

Si elles sont aussi discriminées, la différence de traitement est moins prononcée pour les femmes d’origine maghrébine. Les hommes sont surtout discriminés par les agences immobilières plutôt que par les bailleurs particuliers.

Traitement des candidates

Visite Dossier
égalité de traitement entre les candidates 82% 61%
les candidates « d’origine française » sont favorisées 15% 36%
les candidates « d’origine maghrébine » sont favorisées 3% 4%
Total 100% 100%

Traitement des candidats

Visite Dossier
égalité de traitement entre les candidats 75% 37%
les candidats « d’origine française » sont favorisés 22% 63%
les candidats « d’origine maghrébine » sont favorisés 3% 0%
Total 100% 100%

Ce testing a été réalisé de fin novembre 2010 à mi-avril 2011 auprès de 100 annonces de location sur Villeurbanne, à moitié issues d’une quinzaine d’agences immobilières de Villeurbanne et pour l’autre moitié d’annonces de particuliers.

Sur les 100 tests réalisés, 30 ne sont pas exploitables car un même refus est formulé dans les mêmes termes aux deux testeurs parce que le logement a déjà été attribué.

L’étroitesse de cet échantillon rend difficile l’extrapolation de ces résultats. Aucune technique statistique n’a été employée pour pallier ce manque.

Retrouvez l’étude complète d’ISM-CORUM, Testing sur le parc locatif privé de Villeurbanne, juin 2011, en cliquant sur le lien ci-dessous.

PDF - 268.6 ko

Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne