Dans la même rubrique
Mesurer
- Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

- Difficile accès au logement des maghrébins

- Un quart des immigrés et enfants d’immigrés déclare avoir été victime de discriminations

- Les représentants syndicaux sont moins bien payés

- Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi

- Les discriminations raciales moins fortes au stade de l’entretien d’embauche ?

- Le contrôle au faciès mesuré

- Les discriminations liées au handicap et à la santé

- Explication des écarts de salaire des descendants d’immigrés en 2006

- Baromètre des perceptions des discriminations au travail

Un quart des immigrés et enfants d’immigrés déclare avoir été victime de discriminations



envoyer l'article par mail

Les immigrés et leurs enfants déclarent 2,5 fois plus souvent avoir été discriminés que les autres.


14 % de l’ensemble des personnes résidant en France âgées de 18 à 50 ans déclarent avoir été victimes de discriminations dans les cinq dernières années, quel que soit le motif ou la situation (emploi, école, discothèque, etc.). Parmi les personnes immigrées, 26 % se déclarent discriminées, tandis que c’est la cas de 24 % des fils et filles d’immigrés. Les immigrés et leurs enfants sont ainsi 2,5 fois plus nombreux à se déclarer discriminés (10 %) que les autres.

Les personnes originaires d’Afrique noire et leurs enfants déclarent connaître le plus de discriminations pour près de la moitié d’entre eux (respectivement 47 et 49 %). Les ultra-marins se sentent également souvent discriminés : 31 % des natifs d’un département d’Outre-mer estiment avoir été discriminés, 40 % pour les fils ou filles d’ultra-marins. Les immigrés d’origine maghrébine et leurs descendants sont ensuite les personnes qui s’estiment le plus souvent discriminés : les immigrés en provenance d’Algérie sont par exemple 30 % à estimer avoir été discriminés, 39 % pour leurs descendants immédiats.

Une analyse des facteurs influençant la probabilité de se déclarer discriminé montre que les femmes et les plus de 35 ans déclarent moins de discriminations que les hommes et les jeunes. A l’opposé, le fait d’être au chômage, d’avoir suivi des études supérieures ou d’être musulman augmente les déclarations de discrimination.

Proportion de personnes dclarant avoir subi des discriminations au cours des cinq dernires annes
Unité : %
Immigr (ou natif d'un Dom)
Fils ou fille d'immigr (ou de natif d'un Dom)
Ensemble2624
Autres pays2423
Dpartement d'Outre-mer (Dom)3140
Autres europens199
Afrique subsaharienne4749
Espagne-Italie1211
Portugal813
Asie1625
Turquie2333
Maroc-Tunisie3337
Algrie3039
Source : Enqute Trajectoires et Origines (TeO), Ined-Insee - 2008, France mtropolitaine. Individus gs de 18 50 ans.

L’enquête Trajectoires et Origines (TeO) a été réalisée par l’Insee et l’Ined auprès d’environ 22 000 personnes nées entre 1948 et 1990 vivant en France métropolitaine en 2008. Elle vise à décrire et analyser les conditions de vie et les trajectoires sociales des individus en fonction de leurs origines sociales et de leur lien à la migration. Seule une question a été exploitée ici : « Au cours des 5 dernières années, pensez-vous avoir subi des traitements inégalitaires ou des discriminations ? »

Retrouvez l’intégralité de l’étude produite par Cris Beauchemin, Christelle Hamel, Maud Lesné, Patrick Simon et l’équipe de l’enquête TeO, Les discriminations : une question de minorités visibles, Population et société, N° 466 - avril 2010, Ined, en cliquant sur le lien suivant.

Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne