Dans la même rubrique
Mesurer
- Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

- Difficile accès au logement des maghrébins

- Un quart des immigrés et enfants d’immigrés déclare avoir été victime de discriminations

- Les représentants syndicaux sont moins bien payés

- Habiter une ville mal réputée et accès à l’emploi

- Les discriminations raciales moins fortes au stade de l’entretien d’embauche ?

- Le contrôle au faciès mesuré

- Les discriminations liées au handicap et à la santé

- Explication des écarts de salaire des descendants d’immigrés en 2006

- Baromètre des perceptions des discriminations au travail

Hommes et femmes recrutés en 2005 : les préférences des employeurs



envoyer l'article par mail

En 2005, 59 % des contrats à durée indéterminée étaient détenus par des hommes, contre 41 % par des femmes. Si des parcours professionnels différents peuvent expliquer cet écart, un quart des employeurs avouent fonder leur choix d’embauche sur la base du genre.


En 2005, 59 % des contrats à durée indéterminée (CDI) étaient occupés par des hommes contre 41 % par des femmes. Le rapport s’inverse dès lors que l’on prend en compte les contrats à durée déterminée (CDD) pour des personnes âgées de moins de 40 ans : 60% de femmes contre 40 % d’hommes. De même, les femmes sont plus souvent que les hommes concernées par le temps partiel : 46 % des femmes recrutées en CDD le sont en temps partiel, contre 16 % des hommes ; 16 % des femmes recrutées en CDI sont en temps partiel, contre 6 % des hommes.

Ainsi, la probabilité qu’une femme soit recrutée plutôt qu’un homme est plus élevée lorsque le poste est à temps partiel et qu’il s’agit d’un contrat à durée déterminée. Comment expliquer ce phénomène ? Lors de l’entretien d’embauche, on constate que les femmes sont en moyenne plus diplômées que les hommes, mais ont moins d’expérience. Cette différence pourrait donc s’expliquer par des disparités de parcours professionnels. Toutefois, un quart des employeurs affirmaient en 2005 qu’ils n’étaient pas indifférents au genre lors de leur recrutement, dont 70 % assumaient préférer recruter un homme plutôt qu’une femme. Si ces préférences dépendent du poste à attribuer et du type d’emploi, de telles préférences illustrent bel et bien une discrimination à l’embauche en faveur des hommes. Selon l’âge, une éventuelle future grossesse ou la présence d’enfants à charge peuvent être des facteurs de discriminations.

Proportion demployeurs dclarant ne pas tre indiffrents au genre lors du recrutement, par secteur dactivit
Unité : %
Proportion
Construction53
Agriculture et industrie agroalimentaire43
Industries des biens de consommation33
Autres industries37
Commerce, transport, finance, immobilier27
Services aux entreprises23
Services aux particuliers21
Autres services15

Source : Hommes et femmes recruts en 2005 : les prfrences des employeurs, Dares, premires synthses, juillet 2009, n 31.3 - 2005

Cette étude se base sur 4 052 entretiens en face-à-face auprès d’établissements localisés sur l’ensemble du territoire métropolitain, réalisés entre janvier et juillet 2005. Les établissements interrogés ont été tirés au sort à partir du répertoire SIRENE de l’Insee puis sélectionnés par téléphone sur la base de l’existence d’une procédure de recrutement au cours des douze mois précédant l’enquête.

Retrouvez l’intégralité de l’étude proposée par Hélène Garner (Dares) et Marie Magnien (ENS, École d’économie de Paris), Hommes et femmes recrutés en 2005 : les préférences des employeurs, Dares, premières synthèses, juillet 2009, n° 31.3, en cliquant sur le lien ci-dessous.

PDF - 162.9 ko
Hommes et femmes recrutés en 2005

Ce site existe grâce au soutien de l'Union européenne